Do You Speak 25 ?

La Gaîté Lyrique et Jam créent « Do you speak 25 ? » un petit lexique au ton décalé pour identifier et expliciter les termes et enjeux qui définissent cette nouvelle génération.

Previous Confs

Lorem ipsum dolor sit amet, consectetur adipiscing elit. Dictum sollicitudin diam ac lorem cras tellus facilisis ut.

Agentivité

Que l’on peut aussi écrire “agency”. Faculté d’action d’un être ou d’une personne qui décrit sa capacité à agir sur le monde mais aussi sur lui-même et sur les choses. En psychologie, le terme “agentivité” dépeint la perception de soi comme un·e acteur·rice du monde, et pas comme une victime ou un produit de ce dernier. Tout humain peut ainsi exercer un contrôle et une régulation de ses actes et agir sur son propre développement et celui du monde qui l’entoure.

Appropriation culturelle

Terme controversé qui définissait originellement l’utilisation d’éléments d’une culture dominée par une autre culture dominante (porter une coiffe indienne en festival quand on est blanc·he, des nattes, des kimonos…), sans forcément connaître le contexte ou les raisons pour lesquelles ces éléments étaient précédemment portés. La première culture serait donc essentialisée à des traits souvent considérés comme caricaturaux et ignorants. Les détracteur·rice·s voient dans le concept d’appropriation culturelle une forme de “politiquement correct” qui empêcherait la liberté d’expression et de création.

Bio hacking

Ce terme réunit les mots “biologie” et “hacking”, ce dernier définissant le fait de détourner une technologie de son usage habituel. Le biohacking est un terme polysémique qui désigne généralement l’utilisation de technologies pour expérimenter et détourner des éléments biologiques hors du cadre institutionnel. Il se rapporte aussi au terme “biologie participative” qui désigne une approche des sciences du vivant ouverte à tous, tournée vers le partage libre d’informations et les pratiques expérimentales ou autodidactes.

Bore-out

Le bore-out définit le syndrome d’épuisement professionnel par l’ennui. Il naît suite à une absence de travail. Il se place à l’opposé du burn-out.

Care

Importée des Etats-Unis, le “care” (que l’on peut traduire en français par “soin” ou “sollicitude”) décrit une activité générique qui comprend tout ce que nous faisons pour maintenir, perpétuer et réparer nos corps, nous, et notre monde, et en sorte que nous puissions y vivre aussi bien que possible. C’est une réflexion sur la prise en charge, mais aussi une façon de voir ce qui nous entoure de façon plus douce, où l’on inclut soi mais aussi les autres.

Cheh

Expression tirée de l’arabe signifiant avec ironie que la personne dont on parle a bien mérité les problèmes qu’elle rencontre. Une façon courte et sonore de se réjouir du malheur des autres…

Digital nomad

Individu qui se repose sur les techniques de télécommunication afin de pouvoir travailler tout en voyageant à travers le monde. Initialement réservé aux freelances, ce terme s’utilise plus largement pour qualifier la recherche de liberté qui anime de plus en plus de salarié·es ou entrepreneur·es, qui estiment qu’on n’est pas nécessairement plus productifs en étant enchaîné à un seul et même bureau.

Ecoféminisme

Mouvement né au début des années 70 qui mêle écologie et féminisme. L’écoféminisme souhaite remettre en cause la domination masculine, et voit des similitudes entre les comportements de domination subis par les femmes et la dégradation de l’écosystème : justice environnementale et féminisme seraient donc intimement liés. L’écoféminisme fait ainsi la critique du patriarcat, du capitalisme et d’un contexte rationaliste.
Le mot a été inventé en 1974 par Françoise d’Eaubonne, même si le concept existait déjà en Inde depuis quelques années. L’Écoféminisme considère ainsi le monde occidental, plus qu’anthrocentré, androcentré, et l’identité féminine comme une résistance à la violence de l’économisme masculin prédateur. Le mouvement écoféministe, comme le mouvement féministe, connaît plusieurs mouvances : spiritualiste, mais aussi éthique, de résistance, et même matérialiste.

Female / Male Gaze

Le concept du “male gaze”, qui signifie “regard masculin” en anglais, a été théorisé par la critique de cinéma américaine Laura Mulvey en 1975 : il fait référence à ces moments où, dans un film, la caméra suit le regard d’un personnage masculin sur le corps féminin. Cette façon de filmer est hautement subjective : le regard est à la fois celui du héros masculin, mais aussi celui du réalisateur ainsi que celui du spectateur mâle hétérosexuel. Le “female gaze” n’est pas qu’une transposition de son pendant masculin, mais un effort d’explorer des perspectives différentes que celles traditionnellement adoptées par les réalisateurs homme. Bel exemple du female gaze : la série britannique Fleabag, écrite et interprétée par Phoebe Waller-Bridge.

Gig economy

Terme désignant une économie qui repose sur les contrats courts ou freelance par opposition aux postes salariés. L’expression est formée à partir du mot britannique “gig” signifiant concert, en référence au paiement des musiciens le soir même, une fois leur tâche terminée. Définie par sa flexibilité, la gig economy reste précaire : les travailleurs indépendants, comme les employés des VTC par exemple, ne bénéficient d’aucune protection sociale.

Inclusif

Anglicisme. Se dit de quelqu’un.e ou de quelque chose (collectivité, société, institutions mais aussi féminisme) qui n’exclut personne et qui vise à réunir toutes les sensibilités, à inclure chacun.e. En France, ce nouvel adjectif est beaucoup lié à la question de l’écriture inclusive. 

Justice climatique

Cette idée veut établir un lien entre les effets des changements climatiques et les concepts déjà reconnus de justice environnementale et de justice sociale, en examinant des questions telles que l'égalité sociale, les droits de l'homme et les responsabilités historiques face au changement climatique. Défendant la proposition fondamentale que les peuples les moins responsables de ce problème en subissent les conséquences les plus graves, de nombreuses actions en justice sont intentées à l'international : les Nations Unies en recensent près de 900 en cours en 2017.

Masculinité toxique

Concept psychologique renvoyant à une série de croyances sur le comportement masculin “idéal” : par exemple, un homme doit à tout prix masquer ses émotions, maintenir une apparence de solidité et utiliser la violence comme expression de son pouvoir. Le terme fait irruption dans le débat public suite à la diffusion d’une publicité de la marque Gillette en 2019 - nommée “The Best Men Can Be” ou “le meilleur qu’un homme puisse être” - s’attaquant aux situations de sexisme ordinaire.

Ok Boomer

Phrase devenue à elle seule un meme en 2019, utilisée en bouclier contre tous les arguments considérés comme condescendants, ou porteurs de jugements et adressés par la génération de baby boomers (nés entre 1945 et 1965). Elle peut être traduite comme un refus de voir la réalité de la part de l’ancienne génération et permet de couper assez rapidement court à la conversation.

Queer

En américain, queer est une insulte qui signifie "bizarre", "chelou", "tordu" mais aussi "tapette" et "gouine" en opposition au mot "straight" qui, lui, désigne la norme hétérosexuelle. L’insulte a été récupérée dans les années 90 par les minorités sexuelles pour revendiquer avec fierté ces identités différentes, à la marge. Désormais, le queer est un courant de pensée militant, une grille de lecture utile pour interroger le genre, les normes sociales et sexuelles, ainsi que les rapports de domination qui en résultent.

Transféminisme

Définition par Emi Koyama, militante et autrice, comme « un mouvement fait par, et pour, les femmes trans qui voient leur libération comme devant être intrinsèquement liée à la libération de toutes les femmes, et au-delà ». Koyama note que le transféminisme “est également ouvert à d'autres queers, personnes intersexes, hommes trans, femmes et hommes non-trans, et d'autres sympathisants étant au fait des besoins des femmes trans, et qui considèrent leur alliance avec les femmes trans, essentielle pour leur propre libération”.

Uberisation

Phénomène économique récent où les professionnel.le.s sont mis.es en relation avec leurs client.e.s de manière instantanée grâce aux nouvelles technologies. L’entreprise ne possède pas ainsi les biens qu’il met à disposition, mais ne se gêne pas néanmoins pour prendre une commission.

Woke

Anglicisme, traduction d’”éveillé.e”. Définit les personnes conscientes des différentes injustices et du système d’oppression qui pèse sur les minorités. Le mot s’est beaucoup répandu en 2013 aux Etats-Unis à l’aube du mouvement “Black Lives Matter” - il fut utilisé par la chanteuse Erykah Badu en 2012 dans “Stay Woke”, un tweet de soutien au groupe Pussy Riot - et prouve un véritable changement politique. “Woke” ouvre une ère beaucoup plus engagée et revendicative, un appel à lutter contre le pouvoir plutôt que de l’aiguiller. 

Antispécisme

Théorie qui réfute le spécisme, idéologie qui hiérarchise les espèces animales et légitime la domination de l’homme sur la nature. Pour les antispécistes, l'espèce d'un individu n'est pas un critère pertinent pour définir la considération morale à lui accorder. L’antispécisme est une des motivations du veganisme, mode de vie basé sur l’exclusion de tout produit d’origine animale de sa consommation (viande, laitages, miel mais aussi fourrure, cuir).

Binaire / Non-binaire

Concept utilisé en sciences sociales, la binarité illustre la double catégorisation de l’identité de genre, dans lesquelles on isole deux formes qui sont à la fois différentes mais aussi complémentaires : le masculin et le féminin. Si une personne se considère ainsi de genre masculin ou féminin, il se définit ainsi comme binaire. La non-binarité, elle, définit les personne refusant cette classification de genre et qui se sentent ainsi ni homme, ni femme, ou les deux.

Body Positive

Mouvement social qui s’est notamment propagé grâce aux réseaux sociaux en faveur de l’acceptation et l’appréciation de tous les types de corps, sans vouloir coller à la normalisation des corps proposée par les médias, la culture ou certains réseaux sociaux comme Instagram, considérés parfois comme nuisibles dans les représentations de soi. Le mouvement “bodypositive” souhaite dénoncer les stéréotypes et aider à avoir une meilleure image et une meilleure estime de soi.

Cancel Culture (ou culture du call out)

Le call-out est pour certaines personnes une forme “d’humiliation” ou de “punition” où des victimes dénoncent en public le comportement ou les actions considérées comme problématiques d’autres membres de leur communauté. Ce call-out, comme a pu l’être le mouvement “Me Too” ou #balancetonporc sur twitter, ne passe pas premièrement par la justice et résonne d’abord sur les réseaux sociaux. Son but est d’attirer l’attention sur des comportements douteux. Ce boycott peut valoir à la personne accusée d’être expulsée de ses cercles sociaux et/ou professionnels, et la victime, si elle est isolée ou manque de preuves peut être accusée de diffamation. On parle de “call in” quand la personne qui se sent agressée décide de confronter son agresseur par message privé.

Charge mentale

La charge mentale définit tout le travail de planification, de gestion et d’organisation du foyer que les femmes font en plus de leur travail, et dont leurs conjoints ne se rendent pas forcément compte. Cela passe des devoirs des enfants au ménage, sans oublier la dimension administrative ou même médicale (rendez-vous chez le médecin…). Une somme de choses à penser qui devient souvent un fardeau et peut générer un sentiment de frustration.

Digital Labor

Activité ultra-fragmentée, sous-payée et parfois même "gratuite", le Digital Labor pointe un mouvement profond qui est en train de s’installer partout sur la planète, où des milliards de personnes réalisent quotidiennement ce "travail du doigt", qui consiste souvent à nourrir des algorithmes en légendant des photos pour que les intelligences artificielles les reconnaissent plus facilement ou en modérant des contenus sur les réseaux sociaux. Derrière le providentialisme des scientifiques, on assiste alors la plus grande entreprise de tous les temps de spoliation des ressources de la générosité, du temps, et des savoirs humains.

Eboy/girl

Nouvelle mode très présente de la Génération Z sur les réseaux sociaux, notamment sur instagram et tiktok. Elle définit une personne qui mélange les codes vestimentaires des gothiques, skateurs et des fans de manga. Le maquillage est proche du cosplay, les ongles sont peints en noir, les t-shirts courts sur t-shirt long, il·elle·s s’inspirent des poses d’animes et de manga et se mettent en scène sur les réseaux sociaux.

Empouvoirement

En français, on utilise aussi beaucoup le mot original en anglais “empowerment”, mais aussi d’autres synonymes comme “empuissancement” ou encore “autonomisation”. C’est le fait de prendre la main et d’octroyer plus de pouvoir sur les conditions sociales, politiques, économiques et écologiques dans lesquelles les personnes évoluent. Une volonté d’agir, que ce soit sur le monde ou l’estime de soi.

Féminicide

Meurtre d’une femme ou d’une jeune fille en raison de son sexe. A ce jour, en France, Il n’existe pas de catégorie juridique spécifique pour les meurtres de femmes. Dans la presse, de nombreux cas sont encore qualifiés de “crimes passionnels” et relégués de ce fait au rang de faits divers.

Green/fem washing

Technique pour une entreprise ou une association qui consiste à orienter sa communication et ses actions marketing vers un positionnement plus “green” (ou plus féministe dans le cas du “fem washing”). Appelé aussi “blanchiment écologique”, le greenwashing consiste pour les entreprises, dont le positionnement peut-être problématique d’un point de vue environnemental, de se racheter une crédibilité en jouant sur les codes graphiques de l’écologie sans s’engager véritablement.

Infobésité

Mot-valise constitué d’informations et d’obésité. Il désigne une pathologie désignant la surcharge d’informations auxquels nous sommes tou.te.s quotidiennement confronté.e.s, que ce soit à la télévision ou sur les réseaux sociaux. L’infobésité peut ainsi mener à certaines pathologies, comme la dépression.

Mansplaining

Mot-valise constitué des termes “man” (homme) et “explaining” (qui explique) qui décrit une situation où un homme donne une explication à une femme sur un sujet qui la concerne, le plus souvent en utilisant un ton paternaliste ou condescendant. Le mansplaining décrédibilise la parole féminine en supposant d’emblée que la connaissance est inhérente au genre masculin, et que l’inverse est donc impossible. On en trouve de nombreuses occurrences sur les réseaux sociaux, notamment lors de discussions sur le féminisme : un homme expliquant à une femme ce qui relève ou non de la misogynie est un pur comportement de mansplaining.

Mixité ou non-mixité choisie

Elle peut aussi s’appeler “non-mixité” et définit un accès réservé dans certains événements/endroits aux personnes appartement à un ou plusieurs groupes sociaux considérés comme opprimés ou discriminés comme les femmes, les LGBTQI+, ou d’autres minorités sociales ou raciales. La mixité choisie exclue de fait la participation ou la présence de personnes qui feraient partie des groupes dominants et/ou oppressifs.

Polyamour

Le polyamour est une configuration du couple qui autorise chacun·e à entretenir des relations amoureuses, sexuelles ou autre avec d’autres personnes. Cette forme de relation intime s’oppose à l’exclusivité : dans l’imaginaire collectif, le couple se définit comme le partage d’une vie intime entre deux partenaires ; leur relation est de nature amoureuse et fait primer la fidélité. Contrairement à ce que son nom semble indiquer, le polyamour ne nécessite pas obligatoirement l’existence de sentiments amoureux, mais il laisse cette possibilité exister.

Racisé

Ce terme régulièrement débattu sert actuellement à définir quelqu’un qui n’est pas blanc. Certain.e.s condamnent une vision “racialiste” des choses : d’autres prônent la réappropriation de ce terme controversé, qui permet de rassembler toutes les personnes qui ont fait l’expérience du racisme.

Twitch

Réseau social de diffusion de vidéos en direct. Twitch est un service de streaming vidéo gratuit et en direct lancé en 2011. Très prisé par la communauté du jeu vidéo, Twitch permet à ses utilisateur·ices d’assister à toutes sortes de programmes et d'événements : tournoi de jeux vidéos (LAN), conférences, performances artistiques, discussions… L’intérêt pour les spectateur·ices est de pouvoir interagir avec les personnes regardées via un chat en direct.

Voguing

Style de danse qui se développe dans les années 1970 dans des clubs fréquentés par les gays latino et afro-américains, essentiellement à New York, et qui s'exporte à Paris dans les années 2010. Les danseurs se regroupent en équipes, ou houses, et s'affrontent en chorégraphie lors de balls. Ceux-ci sont au coeur du documentaire Paris is burning, réalisé en 1990 par Jennie Livingston, une chronique de la ball culture new-yorkaise. 
Au coeur du voguing est le concept de performance. Il y a trois façons de briller sur la piste de danse : le old way (inspiré des poses des mannequins dans les magazines), le new way (comme le old way avec un rythme plus soutenu et plus de contorsion) et le vogue fem, qui est le raccourci de “Vogue like a Femme Queen”: les mouvements sont influencés par le ballet, le jazz et la danse moderne afin d’exécuter des poses féminines très exagérées à l’aide de cinq éléments : hands, catwalk, duckwalk, floor, spins/dips.